VOYAGES

A quoi ressemble une fête nationale dans un bidonville indien ?

Aujourd’hui c’est la fête nationale en Inde : Republic Day !
Une journée largement célébrée dans le pays. J’ai passé ma matinée dans l’école d’un bidonville pour une cérémonie.
A quoi cela ressemble-t-il ?

 

 

Ce matin, c’est grasse mat’ : 7H15 !
Bon ok, on repassera pour la grasse mat’.
Je ne donne pas de cours, car c’est « Republic Day » !
J’en entends parler depuis une bonne semaine. J’ai compris que c’était très important !

Une journée qui célèbre chaque 26 janvier l’entrée en vigueur de la Constitution de l’Inde avec la fin du Dominion.

Vivant toujours dans ma famille d’accueil (Rakesh, sa femme et leur fils Benjamin), je suis en train de me préparer, quand deux élèves débarquent dans ma chambre pour aller dans la cuisine. 
Idem, pour l’intimité on repassera aussi !

On doit aller dans l’école qui se trouve au centre d’un bidonville. J’y ai donné 3 ou 4 fois des cours.  
C’est une école construite en bambou, avec une bâche. 
C’est un bidonville, un vrai, le confort n’existe pas.
(Je donne principalement des cours dans une autre école avec des élèves qui viennent aussi d’un “slum“. Je raconte dans cet article ma première fois : “Mon premier cours en tant que prof en Inde” )

Revenons à nos moutons ! Donc “Republic day” :

Benjamin, le fils de la famille veut jouer, faire du vélo.
Rakesh arrive, il parle hindi. Je ne comprends pas.
Benjamin lui répond. Je ne comprends pas.
Mais lorsque j’entends le klaxon de la moto, je comprends qu’on est en retard.
Benjamin préférant trainer et jouer, je n’ai pas réalisé qu’il était temps de se bouger !

 

C’est parti ! A 4 sur la moto, on fonce en 5 minutes au bidonville.
Quand on rentre dans le « slum », Rakesh ne ralentit pas, on manque d’écraser un gamin dans les minis ruelles entre les « habitations »  construites de tôles et bâches. Il klaxonne sans s’arrêter pour prévenir de sa présence. On ne passe pas inaperçu. 
Il y a de chiens errants, des vaches, des déchets, des enfants nus, des femmes habillées en couleurs, des sourires, et des regards curieux. 

On arrive à l’école.

 

 
Tous les enfants sont déjà là. Comme à chaque fois, un « GOOD MORNING MA’AM ! GOOD MORNING SIR » nous accueille. 

Nous attendons une heure que la cérémonie commence.

Oui, on était en retard…

La cérémonie est en hindi, je ne comprends pas grand chose :
Prières, discours, hymne national, et des drapeaux indiens partout !

Les enfants sont sages.
Le protocole est carré, strict.
Rakesh et ses amis font des discours, des élèves récitent des poèmes. Des prix sont donnés à certains pour leur bon travail à l’école.


Lors de l’hymne national, à la fin, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, Rakesh arrête la célébration pour engueuler un homme qui prend une photo.
 

 
La personne ne comprend pas pourquoi je peux prendre des photos et pas lui. Rakesh explique que je suis un « special guest” Et ça, je le ressens.
Je suis invité à la fin de la célébration à la table, pour boire du Coca Cola et manger des chips. Ca peut paraître bête, mais c’est comme si nous buvions du champagne. Certaines personnes demandent une photo en ma compagnie. Etre blanc semble être un vrai atout. On me trouve souvent beau, et intelligent, Oui apparemment être blanc c’est forcément ça : « handsome / smart ». Et bien sûr, c’est aussi pour les indiens, avoir de l’argent. Etre mis sur un piédestal semble être systématique quand on a la peau blanche. (Enfin, ou être escroqué… Voir “les hics de mon aventure indienne“).

Après cette cérémonie, nous rentrons. Rakesh me demande de faire des photos de « famille ».

Happy Republic Day ! 


Et n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter 🙂